• Le: lundi 9 octobre 2017 à 14:00 h
Prix 10 € Nous contacter
Par François DESCAMPS, administrateur territorial et Christian SCHMIDT, Professeur Université Paris IX

La Roche-Guyon - Salle des Gardes du château


Né à Méré en 1694, aujourd’hui dans les Yvelines, mort à Versailles en 1774. "Parti de la charrue", François Quesnay est issu d’une famille de laboureurs. Devenu chirurgien-chef à l’Hôtel-Dieu de Mantes-la-Jolie vers 1730, sa réputation le fit devenir médecin de Madame de Pompadour et du Roi Louis XV.
Graveur, médecin puis chirurgien, économiste, démographe, philosophe, mathématicien, ce touche-à-tout de génie était profondément ancré dans le siècle des Lumières. Il rédigea plusieurs articles de l’Encyclopédie, notamment les articles fermiers, grains, hommes, impôt. Son livre de référence est "Tableau économique", publié en 1758.
Il reste célèbre en tant qu’inventeur d’une nouvelle discipline : l’économie politique. Il fut le premier à utiliser la notion de macro-économie (circuits d’échanges, tableau d’entrées et sorties…) et fonda la première école de la discipline : les Physiocrates, une nouvelle catégorie d’experts attachés à décrire "l’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques". Croisant ses deux compétences, il illustra les échanges économiques à partir de l’exemple de la circulation sanguine. On peut même voir en Quesnay un lointain précurseur de disciplines nouvelles comme la neuroéconomie. Ses travaux variés ont en effet ouvert la voie à une fructueuse liaison liaison entre une approche naturaliste de l\'homme (médecine ) et une approche sociale de ses activités (économie) dans la perspective dynamique du circuit. Je me proposerai donc d\'étendre ce schéma au cerveau, où les informations actuelles des neurosciences nous révèlent les bases naturelles de la dynamique cérébrale qui conduit les activités économiques et sociales.
Alfred Sauvy, père de la démographie en France, écrira que Quesnay est "un des esprits les plus féconds de tous les temps".
De Marx, Keynes à Schumpeter, tous les économistes ont salué son apport à la "science économique" (concept qu’il est le premier à utiliser). Il a en effet ouvert les portes de la modernité.
L’hôpital de Mantes porte son nom, une plaque signale son passage au musée de l’Hôtel-Dieu et son buste trône sur la place de son village natal à Méré.

<